ou la vie quotidienne d'un chercheur à Tokyo

Articles tagués ‘Au labo’

Mais qu’est-ce que tu fais maintenant ?

Alors je calme les fausses joies tout de suite : ce billet ne signifie pas une reprise sérieuse de mon blog. Mais je crois quand même important d’au moins vous dire ce que je fais en ce moment, version courte (enfin, pas-trop-longue).

Comme vous le savez, j’ai signé un nouveau contrat début septembre nous permettant de rester deux années supplémentaires sur Tokyo. Je ne vais pas détailler ici comment a fini mon différent avec l’administration du CNRS. Sachez juste que nous avons trouvé un « compromis », où ils sont quand même largement gagnant dans l’affaire. Mais bon, j’avais pas trop le choix, c’était à prendre ou à laisser.

J’ai donc un poste de deux ans en temps que chercheur dans un tout nouveau labo nippo-français en info, toujours à l’Université de Tokyo, la fameuse Todai. J’ai déménagé mes affaires à 400m à peine, et partage maintenant un grand bureau avec actuellement 3/4 autres chercheurs français. Autant vous dire que ça ne parle pas souvent anglais, et encore moins japonais…

Et mon boulot, il s’agit de quoi ? Pour ce nouveau poste, j’ai dû changer légèrement de thématique, ce qui n’était pas pour me déplaire car bien que j’ai beaucoup aimé ce que j’ai fais en thèse, je voulais voir un peu autre chose. Ce n’est pas non plus un changement complètement brutal. Avant, j’étudiais la difficulté intrinsèque de certains problèmes de contraintes. Ces derniers, appelés CSP, permettent par exemple de modéliser des problèmes comme le sudoku, l’emploi du temps d’un lycée, mais également les stratégies logistiques d’une compagnie de transport ou encore la décision d’un chemin à emprunter dans un environnement en 3D. Les CSP  sont des modèles couramment utilisés en intelligence artificielle, que l’on abrège par IA. Avant d’aller plus loin, je me suis rendu compte qu’il y avait une grande confusion dans l’esprit des gens. Pour M. Tout-le-monde, IA = robot. C’est faux ; on peut dire merci aux blockbusters américains. Je vais tenter de donner une explication simple, peut être un peu simplificatrice mais efficace. Si on voit le robot comme étant un corps artificiel, l’IA serait l’esprit. L’IA a comme application possible la définition du comportement d’un robot, mais porte également sur un champs beaucoup plus large. Il y a de l’IA dans votre voiture, dans vos jeux vidéos bien sûr, mais aussi dans votre micro-onde, votre ipod et dans la ligne de métro automatique qui vous emmène, peut être, tous les jours au boulot. L’IA est tellement disparate qu’il n’est pas facile d’en donner une définition en quelques mots (sans compter les différentes approches des chercheurs sur ce qu’ils appellent « IA »), mais en gros, je dirais que l’IA est l’étude et la reproduction automatisée des comportements.

Et c’est dans quoi je bosse maintenant. Avant j’étudiais de manière très théorique les CSP. Maintenant, j’essaye de trouver de manière automatisée une solution à ces problèmes le plus rapidement possible. En bref, dans mon labo nous concevons des algorithmes de résolution de CSP. Là où ça devient original, c’est que nous faisons cela sur l’un des supercalculateurs du Japon, ainsi qu’une grille de calcul basé en France (et peut être bientôt sur le supercalculateur du CEA en France). La conception d’algorithmes pour ces problèmes sur de telles machines est un domaine encore largement ouvert, très peu exploré. Et pourtant d’une importance de taille, car avec l’augmentation actuelle des cores CPU dans les ordinateurs, les supercalculateur d’aujourd’hui seront vos PC portables dans 10 ans !

L’une des raison pour laquelle je n’ai plus beaucoup de temps à consacrer à ce blog est la suivante. Travailler dans ce nouveau domaine me demande d’ingurgiter une grande quantité d’articles de recherche sur le sujet auquel je ne connaissais pas grand chose, mais également d’apprendre la programmation parallèle et de lire et comprendre le code existant qui a été écrit par mes collègues (l’une des partie les plus dures ; c’est l’horreur de lire le code source de quelqu’un d’autre, surtout quand c’est peu commenté T_T). C’est pour ça que je pense que d’ici quelques semaines, ça devrait déjà aller mieux une fois après avoir digéré toutes ces nouvelles choses.

Alors soyez encore un peu patient svp. ^_^ La reprise du blog ne devrait pas trop tarder !

Séminaire « Baseball »

Mon labo fait très régulièrement des séminaires. Au moins un par semaine, et il participe également à des séminaires inter-labos. Notre séminaire à nous, ça tombe régulièrement le jeudi.

Mais par un beau jeudi de pluie forte, tout le labo avait décidé de faire un séminaire « baseball », c’est-à-dire que l’on squatte un terrain de Todai à jouer au baseball pendant deux heures plutôt que d’écouter quelqu’un sur sa recherche incompréhensible. Alors c’était pas si spontané que ça quand même, c’était prévu plusieurs mois à l’avance. Mais ça n’a rien enlevé à l’originalité de l’évènement (car c’était une première pour le labo) ni à son fun.

(suite…)

Bouffe et welcome party (deuxième édition)

Comme je n’arrête pas de manger ici (tous les jours en fait), je fais encore un billet sur de la nourriture, mais rapide. Et comme c’est lié à la bouffe, je met les photos d’une autre welcome party du labo que l’on a faite il y a 4 jours. Officiellement c’est une welcome party pour accueillir les nouveaux undergrads dans notre labo, mais en fait je m’aperçois que c’est juste un prétexte pour faire une sortie tous ensemble et passer un bon moment dans une izakaya. Le labo fait entre 4 et 6 « parties » par an comme celle-ci !

(suite…)

Les universités au Japon

Je ne pouvais pas ouvrir ce blog sans parler au moins un peu du système universitaire japonais. Honnêtement je n’ai pas encore tout compris, mais je pense avoir eu le gros de l’idée.

Commençons par des chiffres. A l’instar des restaurants, le nombre d’universités dans Tokyo est délirant. On en dénombre plus de 100 (très difficile de trouver un dénombrement exact ; certaines sources vont jusqu’à en dénombrer plus de 200 !), alors qu’il y a 83 universités (publiques) dans toute la France. Certes si on devait y inclure les écoles d’ingénieur et de commerce, on exploserai ce chiffre. Cependant il y a aussi des « écoles » spécialisées au Japon ainsi que des « juniors university » délivrant des bac+2 seulement. Si je devais inclure ces universités/école dans le dénombrement, ça ferait mal… Comme je connais bien mal ces deux derniers je n’en parlerai pas ici.

(suite…)

Welcome Party au labo

Hier soir, le labo organisait une welcome & good bye party pour les membres arrivant et quittant le labo. En effet, l’année universitaire au Japon termine fin février et commence début avril. Ainsi, c’est la période de départ, notamment les jeunes docteurs qui ont soutenu il y a peu et qui partent travailler dans de nouvelles universités, et l’arrivée de nouveaux étudiants undergrads, masters et doctorants.

Tout le labo, à savoir les deux profs, le prof assistant, les postdocs, les docteurs, les doctorants, les masters ainsi que les undergrads, est allé dans une izakaya à côté de Todai. Une izakaya, c’est une sorte de bar où l’on peut grignoter, voire même bien manger comme on l’a fait hier. Ce sont des « bars » très important dans la vie nocturne au Japon. J’avais lu quelques part que l’izakaya est au Japon ce que le pub est au Royaume Uni. C’est un peu ça, en effet…

(suite…)

Première journée de boulot

Il pleut sur Tokyo. Je comptais prendre quelques photos des environs de l’appart et de Todai, mais je préfère attendre de plus belles expositions.

Je met une heure pour aller à mon travail, de porte à porte, ce qui ne me dérange pas car 1) c’est tout à fait normal à Tokyo et 2) c’est le temps qu’il me fallait pour aller au labo à Paris durant ces trois dernières années, donc j’ai l’habitude. Une partie du métro est blindée, comme dans les films sur la cité japonaise. Et encore, je sens que je n’étais pas à l’heure de pointe en rentrant hier soir.

(suite…)