ou la vie quotidienne d'un chercheur à Tokyo

Archives de la catégorie ‘Tokyo’

Alors alors…

Alors je sais pas si vous l’avez remarqué, mais c’est un peu la dèche sur ce blog…

C’est vrai j’avoue, je n’ai ni trop le temps ni trop la motivation de le maintenir. J’annonce donc plus ou moins officiellement ce que tout le monde a déjà remarqué : sa mise en stand-by. Ce n’est toutefois pas une fermeture, on sait jamais, je le reprendrai peut être un jour.

Mais je ne suis pas complètement ingrat et je vous donne deux autres moyens de prendre de mes nouvelles : vous pouvez me suivre via google+ (si du moins ce truc survit, et ça semble mal parti) sur mon compte +florianrichoux et via Twitter sur @FloRicx.

Sinon, y’a l’email hein, n’hésitez pas !

Publicités

Les oreilles de Mickey

Un bail que je n’avais rien écris ici ! Il est grand temps d’y remédier.

Il y a deux mois (ah ouais, déjà quand même), Mari et moi nous sommes allés à Disney Sea, juste à côté de Disneyland Tokyo, parc de la célèbre souris qui a l’eau comme thème principal. Ceux qui me connaissent bien savent que je ne suis pas un grand fan des parcs d’attraction, mais Mari si, donc on y est quand même allé. ^^’ Et puis c’était à 30 minutes en bus de notre ancien logement, donc on (elle) voulait en profiter avant que l’on ne déménage.

On y a donc passé toute une journée, pratiquement de l’ouverture à 10h jusqu’à pratiquement la fermeture à 22h. Et ben je dois avouer que c’était pas mal du tout, et plusieurs choses m’ont impressionné.

(suite…)

Samedi 10 : Kagurazaka, le quartier français

Pas très loin de l’Université de Tokyo se trouve le quartier Kagurazaka, à savoir le quartier français de Tokyo, appelé aussi « little France » ou « little Paris ». Franchement on a été un peu déçu, car même s’il y a pas mal de Français là-bas en effet, les rues du quartier n’ont rien de français. Quelques restos ici et là, mais rien de plus. Ou alors, on a peut être raté les « bonnes » rues… Bref incomparable avec, par exemple, les rues d’Ivry et de Choisy dans le 13ème de Paris où là, on a vraiment l’impression d’être en Asie.

A Kagarazaka se trouve l’institut franco-japonais où l’on enseigne notamment le français. En face se trouve il librairie française avec essentiellement des livres sur le Japon (mais pas que), et aussi des mangas en français (ça c’est cool !). Je n’ai pas pensé à regarder s’ils vendaient le canard enchaîné, mais de toute façon c’est un peu loin pour simplement aller chercher le journal…

(suite…)

Sakura et hanami (suite du billet du 30 mars)

Allez, je me bouge et je mets sur le blog les photos de sakura (fleurs de cerisier) que nous avons prises ces deux dernières semaines. C’est en effet durant cette courte fenêtre qui se termine que les cerisiers japonais sont en fleurs et offrent un agréable spectacle.

Je ne peux pas mettre en ligne les quelques 1024 photos prises essentiellement par Mari. En voici donc un échantillon.

(suite…)

Samedi 27 : temple, Nihon Ki’in, armement et sakura ! (partie 1)

Ce week-end nous avons beaucoup bougé, enfin surtout samedi car dimanche on a flâné à la maison. :-)

Nous sommes allés près de Shinjuku dans un temple correspondant à la branche bouddhiste de Mari (car il y a pleins de bouddhismes différents que l’on appelle « sectes », mot qui ne doit pas être pris ici pour son sens premier). Cette secte a comme bouddha principal Miroku, le « happy bouddha » que l’on nomme plutôt « le gros bouddha » en France, vous savez celui que est ventru et qui rie de toutes ses dents.

Bon ben voilà, celui-là.

(suite…)

On ne meurt pas de faim à Tokyo ! (partie 2)

Pas la peine de faire du blabla, l’essentiel est dans les images suivantes et leur légende.

(suite…)

On ne meurt pas de faim à Tokyo ! (partie 1)

Voici le tant attendu billet sur la cuisine japonaise. Ou plutôt, les billets car vu la longueur je vais en faire deux pour ne pas vous épuiser. Mon but est ici de casser cette éternelle image du sushi/maki résumant la cuisine japonaise dans l’esprit d’un Français. Ces plats sont rares (car chers), et noyés dans une énorme variété d’autres plats qui, eux, sont vraiment des plats du quotidien.

Petite mise au point tout d’abord. Tokyo est la ville avec le plus de restaurants au monde. Comme vous l’avez certainement déjà lu dans le journal, il s’agit de la ville la plus étoilée par le guide Michelin. Mais sans parler de ces restos haut de gamme, Tokyo regorge de petits restos à 10 ou 15 couverts. Impossible de trouver une rue sans son petit resto du coin. Ainsi, on a recensé environ 160.000 restaurants dans Tokyo. Pour vous donner une idée, on estime à 139.000 le nombre de restaurants dans toute la France, en comprenant les hôtels-restaurants. Ca fait 1 resto pour 81 tokyoïtes « intra-muros », ou 1 resto pour 244 tokyoïtes « extra-muros » (la notion d’intra-muros et extra-muros n’est pas aussi claire ici qu’à Paris où la limite est parfaitement définie par les frontières des communes, ou plus simplement par le périph). Car oui, on est ici dans la plus grande zone urbaine du monde avec ses 13 millions d’habitants intra-muros sur 2.200km² (pour Paris, 2,2 millions d’habitants sur 105km²) et 39 millions extra-muros pour 16.400km² (environ 12 millions pour Paris sur une surface qui semble difficile à définir). Alors certes, techniquement parlant Tokyo n’est pas une ville mais une préfecture, mais bon, je vais pas chipoter sur les détails :-p

(suite…)