ou la vie quotidienne d'un chercheur à Tokyo

Karate kid

Hier soir, alors que Tokyo se noyait sous une pluie battante, je me dirigea vers mon hypothétique futur dojo de karate, tel un moine combattant méditant sous la cascade. J’aurai voulu donner mes premières impressions à chaud dès en rentrant à la maison, mais comme il se faisait tard vous n’avez droit qu’à des réactions à tiède.

Sur Paris, j’étais dans un club karate-jutsu avec une forte composante projections / clés. Très difficile de retrouver un dojo de ce style sur Tokyo (ça doit pourtant bien exister !), j’en avais marre d’attendre et j’ai opté pour l’option de facilité : le dojo juste en face de l’université.

Premières impressions avant commencement :

  • C’est du karate-do qui m’a l’air classique, qu’avec des atemi c’est-à-dire des frappe pieds/poings. Pas de projection ni de clé.
  • Petite salle, 8 personnes, ambiances sympa. J’ai l’air d’intriguer les deux jeunes filles du groupe et elles viennent me voir en me parlant en anglais. Les jeunes garçons m’évitent. Le ceinture marron de 36 ans, Ali, un Tunisien qui vit au Japon depuis 13 ans, est mon partenaire pour la soirée : on est du même gabarit et il parle bien sûr français, ce qui facilite la tâche pour le maître et son assistant qui ne parlent pas du tout anglais.

On commence :

  • Et là, je souffre de 9 mois sans karate et pratiquement sans sport, à part le footing que je faisais sur Orléans avant de partir pour Tokyo. J’ai rapidement plus de souffle, me sens mal pendant l’échauffement, et je pense que j’étais à deux doigts de gerber pendant les séries d’atemi.
  • Difficile de définir le style du dojo. Tantôt j’y retrouve des positions de wado (comme le poing haut en ekite), tantôt j’y retrouve du shotokan (comme du nekodashi avec le pied avant à plat et les mains assez basses)
  • Comme je le dis plus haut, pas de projection ni de clé, ce que je regrette. Donc que des coups. Par contre ça frappe fort ! Je suis impressionné par la force de frappe d’Ali, mais aussi par les « petits jeunes » du club. Je tenais la patte d’ours (le sac de sable dirons-nous) pour Ali lors de ses frappes, et je pense qu’un seul de ses coups de poing au ventre aurait suffit pour m’allonger par terre, et j’y serais resté pendant plusieurs minutes…
  • Les exos sont assez classiques. Le cours dure une heure et demi, avec facilement 30 / 40 minutes d’échauffement. Le tout passe vraiment vite. Je retiens toutefois un exercice qui m’a impressionné : tous les élèves se mettent en file devant l’assistant, et un par un pendant 30 secondes on le bourine ! Lui reste stoïque et encaisse. Les élèves portent des gants et des protèges-tibia, l’assistant rien du tout. J’étais estomaqué de voir que les élèves ne retenaient pas leurs coups, ils les portaient vraiment ! L’assistant (donnons lui un nom : Iwanaka) ne cherchait pas à esquiver, parait les coups et ne répondait pas, sauf gentiment de temps à autre aux expérimentés pour montrer qu’à tel ou tel moment ils avaient baissé leur garde.

Après le cours :

  • J’écris ça moins de 24h après : j’ai rarement eu de telles courbatures… Nombreuses, et vraiment douloureuses ! Je suis rouillé, c’est clair !
  • J’ai bien adhéré à l’esprit, à l’ambiance, et je pense que j’ai beaucoup à apprendre dans ce club. Banco donc !
  • Quand même, mon club de Paris me manque. Des fois, j’ai l’envie de revenir sur Paris juste pour pouvoir revenir au club ! C’est vous dire !
Publicités

Commentaires sur: "Karate kid" (6)

  1. Bhin alors Flo, va falloir se remettre en forme fissa!
    Il était temps que tu te trouves un club. 9 mois… c’est un peu long comme pause.
    C’est marrant, j’arrête pas de me dire que c’est la première chose que je vais faire en rentrant.
    D’ailleurs, j’hésite à retourner à Paris rien que pour ça… Je vais demander à Fred et Jérôme s’ils veulent pas migrer dans le sud, ça serait plus simple.

  2. Antoine a dit:

    Génial ! c’est sûr que ça a l’air d’être un autre niveau.
    J’ai hâte de pratiquer à nouveau avec toi sur le tatami pour découvrir tes progrès.

  3. J’ajouterai ce commentaire :
    1) Ca fait quand même vachement de bien de reprendre. Qu’est-ce que le sent bien après une séance !
    2) Entrainement le mardi et vendredi soir. Jusque là j’ai fais un vendredi (ce billet) et un mardi y’a deux jours. Si je me suis fatigué très vite à la première séance, ça a été encore pire pour mardi dernier : j’ai failli tourner de l’oeil ! Cette fois j’ai bien cru que j’allais finir à l’hôpital. Faudrait peut être que je reprenne mollo les échauffements…
    3) Ils sont quand même super gentil : lwanaka, qui bien que n’étant qu’assistant s’occupe du cours de bout en bout, a acheté un dictionnaire français-japonais rien que pour communiquer avec moi ! Et il l’avait bien potassé pour mardi dernier : plusieurs marques-pages, certains mots et phrases surlignées en fluo, etc. J’ai trouvé ça adorable !

  4. 3) Il paraît effectivement que les japonais sont extrêmement hospitaliers et serviables :-)

    En tous cas, des photos, des photos !
    Des recettes de cuisine, des recettes de cuisine !

  5. Pour les recettes, je passe. :-p
    Je me rend compte que ça fait un peu vide de juste prendre en photo des plats sans expliquer ce qu’il y a dedans et encore moins expliquer comment ça se prépare, mais j’ai vraiment ni l’envie ni le temps de faire beaucoup sur ce blog. ごめんね ^^’

  6. Pffff-eignasse :o)

    http://memesprit.fr/?p=198 : une recette ramenée du Japon par une contributrice du blog, testée et approuvée à de nombreuses reprises (la recette, hein ^^)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :