ou la vie quotidienne d'un chercheur à Tokyo

Voici le tant attendu billet sur la cuisine japonaise. Ou plutôt, les billets car vu la longueur je vais en faire deux pour ne pas vous épuiser. Mon but est ici de casser cette éternelle image du sushi/maki résumant la cuisine japonaise dans l’esprit d’un Français. Ces plats sont rares (car chers), et noyés dans une énorme variété d’autres plats qui, eux, sont vraiment des plats du quotidien.

Petite mise au point tout d’abord. Tokyo est la ville avec le plus de restaurants au monde. Comme vous l’avez certainement déjà lu dans le journal, il s’agit de la ville la plus étoilée par le guide Michelin. Mais sans parler de ces restos haut de gamme, Tokyo regorge de petits restos à 10 ou 15 couverts. Impossible de trouver une rue sans son petit resto du coin. Ainsi, on a recensé environ 160.000 restaurants dans Tokyo. Pour vous donner une idée, on estime à 139.000 le nombre de restaurants dans toute la France, en comprenant les hôtels-restaurants. Ca fait 1 resto pour 81 tokyoïtes « intra-muros », ou 1 resto pour 244 tokyoïtes « extra-muros » (la notion d’intra-muros et extra-muros n’est pas aussi claire ici qu’à Paris où la limite est parfaitement définie par les frontières des communes, ou plus simplement par le périph). Car oui, on est ici dans la plus grande zone urbaine du monde avec ses 13 millions d’habitants intra-muros sur 2.200km² (pour Paris, 2,2 millions d’habitants sur 105km²) et 39 millions extra-muros pour 16.400km² (environ 12 millions pour Paris sur une surface qui semble difficile à définir). Alors certes, techniquement parlant Tokyo n’est pas une ville mais une préfecture, mais bon, je vais pas chipoter sur les détails :-p

Pourquoi il y a autant de resto sur Tokyo, ou au Japon d’une manière générale ? Peut être parce que l’on y va plus souvent qu’en France, notamment parce que c’est pas cher. Malgré un coût de la vie entre 50% et 100% plus cher qu’en France, il est vraiment facile de trouver des restos où le repas complet (certes un peu frugal pour un bon vivant Français) vous coûtera dans les alentours de 7€. Même à Tokyo.

Alors, on commence ! J’ai principalement des photos de plats préparés par Mari, car malheureusement je ne pense jamais à prendre en photo mes plats dans les restos :-/ Mais dans ce billet, je vais plutôt vous montrer mes photos annexes. Les photos des plats de Mari seront pour dans trois ou quatre jours ^^.

On commence par la photo d’un resto ambulant, toujours au même endroit dans la rue, pas loin de chez nous. Bâche pour se protéger du froid et quatre places serrées à 20cm en face du cuisto. J’adore le principe ^^.

Pratique pour ne pas payer de loyer ni de personnel.

Comme dans les restos asiatique de Paris, les restos au Japon présentent souvent une version plastifiée de leur plats en vitrine, pour mettre l’eau à la bouche (et c’est efficace !).

Quand on parle pas japonais, il suffit de faire sortir le serveur dehors, et pointer du doigt en disant "kore". Ça marche.

Le bento est le "sandwich" du Japon : rapide à manger et pas cher. C'est un petit plateau repas froid, souvent avec du riz et du poisson. Comme je suis gourmand j'ai pris aussi des beignets au poulet. Un régal !

Chocolat chaud spécial St Valentin

Une envie subite de tentacules ? Facile, allez au supermarché du coin, rayon poissonnerie.

Il y aura aussi des coquillages à l'unité sous cellophane.

Donut-autoportrait. J'adore les donuts, et y'en a plein au Japon ^^

Allez, la prochaine on attaque le vif du sujet, promis ! Désolé de vous laisser sur votre faim (woh oh oh, jeu de mots pourri).

Publicités

Commentaires sur: "On ne meurt pas de faim à Tokyo ! (partie 1)" (5)

  1. Gaëlle a dit:

    Allez-vous nous parler des Izakaya?
    Et puis, avez-vous testé le barbecue Coréen? il paraît que c’est divin, même si après les habits sentent…

    Wow! j’ai faim maintenant! Mais vu qu’il n’y a des petites « cantines » japonaises qu’à Paris, rue Sainte Anne…Je vais me rabattre tristement sur un Kebab… Ou des nouilles instantanées.. :(

  2. Oula, deux Gaêlles pour les commentaires, va pas falloir que je me trompe de personne en répondant :-p

    J’ai parlé brièvement des izakaya ici, mais c’est vrai que je n’ai pas décris ce qui nous a été servi. On a mangé des sashimi (rectangle de poissons crus), des beignets de crabe, de la viande à cuire en shabushabu (j’en parlerai dans le prochain billet) ainsi que des légumes. Et puis bien sûr, de la bière et du sake !

    Pour le barbecue coréen, patience. ^^ Ca sera dans le billet qui sera publié samedi prochain !

  3. Ketty a dit:

    C’est vrai que cela donne faim tout ça…
    Tous tes articles donnent envie de découvrir le Japon :D

  4. Héhé, c’est aussi un peu le but. Et si ce billet t’a donné faim, attends celui de samedi, et là tu voudras vraiment venir au Japon le plus tôt possible ^^

  5. Olivier a dit:

    Pour un bistrot japonais authentique à Paris, voyez Naniwa-ya, rue Sainte-Anne. Il m’a été conseillé par une japonaise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :