ou la vie quotidienne d'un chercheur à Tokyo

Le visa

Lorsque je m’étais renseigné sur le net pour savoir de quel type de visa j’avais besoin, quels documents je devais présenter et en combien de temps je l’obtiendrai, j’étais tombé sur un site racontant que pour un post-doc (qui sera mon statut de chercheur au Japon), on avait le choix entre deux visas : un visa pour une courte durée qui s’obtient en deux semaines et le visa chercheur pour un séjour plus long mais qui s’obtient en l’espace de deux mois. Parfait alors !

Comme dans un premier temps je sais que je reste 6 mois, que j’espère une extension de financement me permettant de rester un ou deux ans de plus mais que de toute façon, une telle extension sera accompagnée d’un nouveau visa, je garde dans un coin ces infos et je me concentre sur autre chose, comme la fin de ma thèse par exemple.

Deux mois et demi avant la date planifiée de mon départ pour Tokyo, je cherche à entamer les démarches. Et là, surprise ! Sur le site de l’ambassade de France au Japon, il est clair que seul le visa de chercheur correspond à ma situation. De plus, il est précisé que l’obtention d’un tel visa peut prendre jusqu’à trois mois. Panique à bord ! Je recherche le site où j’avais vu mes premières infos sur le visa, en vain : impossible de retomber dessus. Va falloir jouer serrer.

Mais finalement c’est plutôt simple : vous avez besoin de quoi pour un visa chercheur pour le Japon ? Juste d’un document, un certificate of eligibility (photo ci-contre) de l’université qui vous emploie (en ce qui me concerne, 東京大学 – Tōkyō Daigaku – soit l’Université de Tokyo, appelée aussi Tōdai).

Todai passe par une compagnie privée pour faire faire ces certificats. J’ai dû envoyer une photocopie de mon passeport, remplir un court formulaire, envoyer une lettre de recommandation de mon directeur de thèse et envoyer une photo d’identité. Ils sont assez tatillons. Par exemple, j’ai du renvoyer une nouvelle photo car « elle n’était pas assez nette (?!) et doit inclure mes deux épaules ». Bref, trois semaines plus tard, j’avais mon certificat, et deux jours ouvrables plus tard, l’ambassade du Japon me délivrait mon visa valable un an. Ca, c’est fait. Reste à s’occuper du logement maintenant…

NB : il était un peu chiant à lire ce billet, non ? Vais essayer de faire des trucs plus funky quand même…

Publicités

Commentaires sur: "Le visa" (2)

  1. Mélanie a dit:

    Tu vas étudier à Todai?? La classe!!!
    C’est hyper prestigieux la bas!
    Chapeau bas mon grand!

  2. En fait je préfère dire « travailler à Todai », mais sinon oui, c’est ça :-p

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :